Notre équipe

La multidisciplinarité est au cœur de l’éducation relative à l’environnement, notre équipe ne peut être que le reflet de ces croisements accompagnés d’une mixité culturelle, permettant ainsi à chaque membre d’apporter un regard critique, dynamique et novateur aux travaux de recherche.

« La pierre n’a point d’espoir d’être autre chose qu’une pierre. Mais, de collaborer, elle s’assemble et devient temple » – Antoine de St Exupéry

 

Carine Villemagne 

est professeure agrégée en éducation des adultes à la Faculté d’éducation de l’Université de Sherbrooke. Ses travaux de recherche portent sur les adultes faiblement scolarisés ainsi que l’éducation relative à l’environnement des adultes dans le cadre de pratiques d’alphabétisation. Elle travaille le plus souvent en contexte d’éducation non formelle avec des organismes communautaires du milieu, dans la perspective d’enrichir et de nourrir leurs pratiques éducatives.

 

Justine Daniel

est professionnelle de recherche et chargée de projet à la Faculté d’éducation de l’Université de Sherbrooke et dernièrement coordinatrice du Colloque International d’éducation relative à l’environnement des adultes (juin 2018). Elle est titulaire d’une Maîtrise en environnement de l’Université de Sherbrooke. D’abord animatrice nature auprès des jeunes enfants (milieu formel et non formel), elle découvre l’univers des adultes lors d’un emploi étudiant, qu’elle occupe encore actuellement.  L’éducation relative à l’environnement en milieu communautaire et l’éducation des adultes en situation de précarité et/ou d’exclusion sociale ont toujours été au cœur de ses préoccupations. Ses différentes implications et expériences professionnelles lui ont permis de développer une expertise dans ses deux champs d’intérêt. Elle est impliquée dans les recherches dans le désir de contribuer au changement vers une société juste, critique et engagée, convaincue du rôle essentiel que peut avoir l’ERE pour y parvenir.

 

Carl Beaudoin

Doctorant et boursier du FRQSC, il poursuit ses recherches à l’Université de Sherbrooke sur les stéréotypes de genre véhiculés dans la relation enseignant-élève au secondaire. Parallèlement, depuis quelques années, il est chargé de cours au baccalauréat et à la maîtrise professionnelle en adaptation scolaire et sociale, notamment en didactique du français et à l’éducation des adultes. Il travaille également depuis 2009 en tant qu’auxiliaire de recherche et d’enseignement sur les questions touchant la littératie et l’éducation des adultes. Récemment, il a participé à l’élaboration d’ouvrages pour le primaire proposant des situations d’enseignement-apprentissage multidisciplinaires en français et en mathématiques appuyées sur la littérature jeunesse. Qui plus est, il a contribué au développement de matériel d’enseignement en contexte d’éducation relative à l’environnement et d’alphabétisation des adultes. Il cumule d’ailleurs plusieurs publications scientifiques et professionnelles, ainsi que des communications sur des thématiques inhérentes à l’apprentissage de la lecture et à la formation des adultes.

 

Marie-Pier Domingue

est étudiante au baccalauréat en enseignement des mathématiques au secondaire à l’Université de Sherbrooke. Dernièrement arrivée dans l’équipe de recherche, elle souhaite s’initier au domaine de la recherche dès ses études au premier cycle pour développer ses compétences en vue de poursuivre dans le cycle supérieur. Initialement étudiante en finances, Marie-Pier s’est réorientée vers l’enseignement afin de rejoindre les valeurs qui l’accompagnent au quotidien : L’ouverture et l’entraide. Ces mêmes valeurs la motivent à s’impliquer dans ce projet pour contribuer à bâtir des collectivités responsables et sensibles à l’enjeu actuel de l’environnement.

 

 Mélanie Champoux

est étudiante finissante à la maitrise en environnement et un programme en éducation relative à l’environnement, Mélanie poursuit ses recherches universitaires, s’interrogeant sur l’intégration de l’ERE au sein des universités québécoises. Les 14 dernières années ont été l’occasion pour Mélanie d’apprendre dans l’action à travers un projet combinant écotourisme, tourisme gourmand et permaculture. Le contact intime avec le sol et son foisonnement d’organismes vivants interdépendants lui a permis de prendre conscience à la fois de la force et de la vulnérabilité des écosystèmes qui supportent la vie. Sa grande foi en l’être humain, et en sa capacité à coopérer, l’a amené à s’intéresser à l’éducation relative à l’environnement (ERE). Pour Mélanie, il ne fait aucun doute que l’alphabétisation populaire combinée à l’éducation relative à l’environnement représente un projet éducatif d’une très grande pertinence au regard des défis posés par les enjeux écosociétaux contemporains.